LE DROIT DES GUINEENS A L'INFORMATION

LE SITE WEB GUINEEN DES « SANS VOIX »

Coronavirus : Une baisse « extraordinaire »… Ça veut dire quoi, le pétrole américain à un cours nul ou négatif ?

ECONOMIE Personne ne veut acheter de pétrole à court terme, et certains sont prêts à le vendre à perte car ils n’ont nulle part où le stocker

Des avions cloués au sol. Des voitures laissées au garage. Des usines à l’arrêt. A l’heure du « grand confinement », on a assisté à une baisse historique des cours du pétrole à New York, lundi, provoquée par une chute de la demande et des capacités de stockage approchant de la saturation. Le baril WTI pour livraison en mai a d’abord dégringolé à zéro avant de clôturer à un prix négatif de -37,63 dollars – du jamais vu en près de 40 ans de cotation. Mardi matin, on assistait à un léger rebond en Asie avec un retour près de zéro. Si cet effondrement illustre les incertitudes liées au coronavirus, il ne signifie pas pour autant que l’or noir ne vaut plus rien.

Des spéculations sur des livraisons futures

Le pétrole, comme de nombreuses marchandises, peut s’acheter « comptant », pour des livraisons immédiates. Mais à New York, le brut est un produit spéculatif coté sur un marché « à terme ». « On se met d’accord sur un prix aujourd’hui pour une livraison à une date ultérieure », explique à 20 Minutes Joakim Hannisdahl, analyste chez Cleaves Securities. Lundi, c’est le prix pour les livraisons de WTI (West Texas Intermediate, un type de brut léger) du mois de mai qui s’est effondré de 300 %, notamment car les contrats arrivent à échéances ce mardi. Et personne ne veut se trouver coincé avec des barils sur les bras en cette période. Selon l’analyste, « c’est la première fois de l’histoire qu’on a un cours négatif pour des livraisons du mois suivant. C’est extraordinaire ».

Des ventes à perte pour éviter de devoir stocker le pétrole

Un baril à un prix négatif, cela signifie que les ventes se font à perte. « Ceux qui ont des positions pour des livraisons en mai sont prêts à payer n’importe qui pour s’en débarrasser car ils n’ont nulle part où stocker le brut », explique Joakim Hannisdahl. Qui le rappelle, malgré son nom, un « baril n’est pas livré dans un bidon. La livraison et le stockage ont un coût qui explique le prix de vente négatif ».

Crise de la demande et du stockage

Selon l’Agence internationale de l’énergie, la demande de brut en avril devrait chuter de près de 30 % dans le monde, pour retrouver des niveaux qu’on n’avait pas vus depuis 1995. Malgré l’accord de l’Opep et de ses partenaires, qui se sont engagés mi-avril à réduire leur production, il faut stocker le brut en attendant la reprise. Et aux Etats-Unis, premier producteur mondial devant l’Arabie saoudite, les capacités de stockage approchent de la saturation. Les réservoirs de Cushing, dans l’Oklahoma – principal hub pour le WTI aux Etats-Unis – sont pleins à 75 %, selon Rystad Energy. A ce rythme, ils devraient déborder d’ici courant mai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook

YouTube

%d blogueurs aiment cette page :