LE DROIT DES GUINEENS A L'INFORMATION

LE SITE WEB GUINEEN D'INFOS

Burundi : le lourd héritage de Pierre Nkurunziza

Au Burundi, les livres d’histoire inscriront sûrement désormais la date du 08 juin 2020 dans leurs pages. C’est en effet ce jour-là que décède, à 55 ans, le président Pierre Nkurunziza, après 15 années de règne sans partage sur ce petit pays d’Afrique de l’Est. Généralement considéré comme un dictateur au sein de l’opinion publique internationale, le désormais ex-président laisse derrière lui un pays marqué par la pauvreté et la violence. Après près de deux décennies au pouvoir, quel est le bilan du président Pierre Nkurunziza ?

Un président mal-aimé

Mardi 09 juin 2020, le gouvernement burundais a décrété 07 jours de deuil national pour honorer la mémoire de Pierre Nkurunziza. Il faut dire que son décès est considéré comme une grande perte pour le parti du Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces pour la défense de la démocratie (CNDD-FDD) au pouvoir, et ses partisans.

« Nous sommes tous surpris, nous n’y croyons pas, je ne comprends pas, je n’arrive pas à y croire. Ce que je retiendrai de lui, c’est qu’il était courageux, il savait tout contrôler, quelle que soit la gravité de la situation », confessait au micro d’Africanews, un résident de Bujumbura.

Sur les réseaux sociaux, les hommages destinés à l’ancien président affluent. « Repose en paix cher président, héros burundais, exemple pour d’autres présidents de l’EAC [Communauté d’Afrique de l’Est, Ndlr] pour le transfert pacifique du pouvoir », a commenté Ndayiringiye Gédéon, un internaute burundais.

Cependant, loin d’attrister tous les Burundais, la mort de Pierre Nkurunziza est perçue pour beaucoup comme une véritable « délivrance ». Comme une réponse aux nombreuses politiques de restriction de la liberté d’expression mises en œuvre par l’ancien dirigeant, de nombr

« Pas de larmes pour un dictateur brutal », a tweeté Cyrus Kariuki. « J’avais cru qu’il était immortel, gloire à Dieu pour sa mort. C’est une bonne nouvelle pour nous », s’était réjoui un autre internaute.

Si le décès de l’ancien professeur de sport divise autant, c’est essentiellement en raison du caractère dictatorial qu’a pris sa présidence durant les dernières années de son mandat. Si ses partisans voyaient en lui l’homme providentiel envoyé par le ciel pour unir tous les Burundais, pour ceux qu’il opprimait en revanche, Pierre Nkurunziza n’était rien d’autre qu’un despote.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook

YouTube

%d blogueurs aiment cette page :